35ème JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME : « ENCORE DU CHEMIN DEVANT NOUS ».

Keywords : Newsletters Gender Equality

35ème JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME : « ENCORE DU CHEMIN DEVANT NOUS ».

Chaque 8 mars la communauté internationale célèbre la femme. Journée fériée même dans certains pays, cette date reste dédiée à toutes celles à qui nous devons l’essentiel. Pour 2012, le thème choisi est "l’autonomisation de la femme rurales et leur rôle dans l’éradication de la pauvreté et de la faim, le développement et les défis actuels".

L’origine de cette journée à 1977 où l’Assemblée Générale des Nations Unies (ONU) a adopté une résolution proclamant la journée du 8 mars, journée internationale des droits des femmes. Sa commémoration a évolué avec le temps, dans un contexte des mouvements sociaux du 20è siècle finissant en Europe et aux USA, et même dans les récentes révolutions dans le monde arabe. Mais le combat des femmes pour l’égalité des droits, de meilleure conditions de travail et de salaires, etc. a encore du chemin devant lui.

C’est du moins aussi l’avis du Secrétaire Général de l’ONU Ban KI-MOON qui à cette occasion, a appelé les gouvernements, la société civile et le secteur privé à « investir dans les femmes rurales », à « éliminer les discriminations dont elles sont victimes » et à leur « garantir le même accès aux ressources qu’aux hommes ».
Le thème de l’année trouve son sens dans le fait qu’en Afrique, les femmes des milieux ruraux représentent un quart de la population, soit 70% de la main d’œuvre agricole. Cependant, elles sont exclues de tout processus de décision et de jouissance des ressources, victimes souvent de discrimination et violences de tous genres de la part des hommes. Une triste réalité sur laquelle les femmes à travers le continent ont fondé leurs manifestations cette année dans la plupart des pays.

Au Togo, les Femmes Solidaires du parti politique OBUTS se sont réunies ce 08 mars 2012 en séminaire de formation sur le rôle de la femme dans la politique de décentralisation au Togo. Après analyse de la situation des droits humains particulièrement de la femme et de la situation sociopolitique du pays, elles ont présenté au Président de la République une plateforme revendicative de 20 points qui vont de la santé à l’éducation en passant par les droits humains.

« Pour Femmes Solidaires, le respect des droits humains de même qu’une amélioration conséquente de la condition des femmes et leur implication effective dans les pôles décisionnels, constituent indéniablement les conditions préalables à l’édification de la paix et de la sécurité dans le monde. Ce n’est qu’à cette condition que la solidarité et la prospérité partagée pour tous deviendront grâce à l’Amour, des réalités quotidiennes au cœur de notre monde plus que jamais en quête accrue de sens, de valeurs, de liberté et de mieux être » a-t-elle déclaré.

En Côte d’Ivoire, les femmes ont élaboré un livre blanc contenant toutes leurs préoccupations qu’elles ont transmis au gouvernement par le biais du Premier ministre ivoirien Guillaume SORO lors d’une cérémonie solennelle. Les femmes de Côte d’Ivoire entendent, à travers le livre blanc, arracher l’égalité politique entre l’homme et la femme, l’égalité des chances dans la Fonction publique, dans l’armée et la gendarmerie, un cadre réglementaire économique et financier favorable à la femme pour l’émergence d’un entreprenariat fort. A l’occasion, vingt femmes issues de tous les secteurs d`activités ont été élevées au Grade de Chevalier dans l`Ordre du Mérite ivoirien.
« La femme, quelle soit ministre, directrice d`entreprise ou même rurale et femme au foyer, s`est toujours distinguée par son ardeur au travail », a déclaré Guillaume Soro.

Au Cameroun, des milliers de femmes issues d’univers divers ont défilé dans la rue, arborant leurs plus beaux atours, le sourire aux lèvres. Un sourire qui a dissimulé très peu les préoccupations de ce groupe qui constitue un peu plus de la moitié de la population camerounaise. Pour les associations camerounaises de défense des droits des femmes, cette journée devrait marquer le début de la prise de conscience par les femmes camerounaises quant à la véritable symbolique de cette journée.

La célébration de la journée internationale de la femme est une occasion pour la gent féminine de réfléchir et de prendre une fois de plus conscience de son rôle dans la société car elle est la pièce maîtresse ou la plaque tournante du monde.

Documents & Media Related

Documents

Download Files

Audios

Play Audio Files

Photos

Click to zoom and browse

ITUC AFRICA

2017
Nov 22

Call for Action: The sale of African migrants in Libya as slaves and into slavery

The African Regional Organisation of the International Trade Union Confederation (ITUC-Africa) expresses its alarm over the recent revelations of the heinous trade in slavery of African migrants in open markets in Libya reminiscent of the trade in human cargo across the Sahara and the (...)