Déclaration de CSI-Afrique en commémoration de la Journée mondiale contre le travail des enfants

Keywords : Declarations Gender Equality

L’Organisation régionale africaine de la Confédération syndicale internationale (CSI-Afrique) souhaite saluer et réaffirmer notre soutien à tous les partenaires sociaux et à la société civile, notamment les écoles, les groupes des jeunes et des femmes ainsi qu’aux média dans la campagne contre le travail des enfants.

Néanmoins, nous savons que la bataille pour l’éradication du travail des enfants n’est pas gagnée. Toutefois, la tâche est de canaliser les politiques et programmes pratiques et imaginatifs pour vaincre cette menace.

Nous savons également que les incidences et l’utilisation du travail des enfants sont plus omniprésentes et frappantes sur notre continent, Afrique, largement en raison de la pauvreté endémique. Nous devons continuer à rejeter les excuses et les arguments à propos de la pauvreté qui justifient l’utilisation et l’exploitation des enfants. Il en est ainsi parce que le travail des enfants ruine l’essence et les fruits de notre lutte visant à réduire la pauvreté et atteindre la prospérité pour nos populations et nos nations. Le travail des enfants sape l’épanouissement physique, social, mental et psychologique de l’enfant, enracinant et renforçant le cycle vicieux de la pauvreté générationnelle.

Par conséquent, pour tous les acteurs et partenaires, particulièrement les gouvernements, le défi est d’accentuer et d’intensifier leurs interventions pour sortir nos enfants des plantations ; des rues en tant que mendiants et colporteurs ; des coins cachés des maisons en tant que domestiques ; des constructions dangereuses et peu sures et des sites de fabrication de briques ; les tirer des mines et des carrières ainsi que d’autres places où ils peuvent se trouver et les envoyer à l’école.

Une autre question cruciale découlant du travail des enfants est le trafic de main-d’œuvre. Ce phénomène doit être combattu de manière consciente et agressive afin de contenir la vague des abus contre les enfants.

L’éducation reste l’un des moyens les plus surs et les plus sécurisés pour combattre le travail des enfants, protéger et promouvoir les droits et le bien-être de nos enfants ainsi que sécuriser leur avenir et celui de la nation. Par conséquent, nous invitons les gouvernements à concevoir des architectures de politique fiscale qui offrent l’éducation, la santé, l’abri et la nutrition à nos enfants de manière durable.

Le suivi de l’État et l’inspection du travail doivent s’intensifier dans le cadre des mesures visant à assurer le respect et la promotion des dispositions des Conventions n° 182 de l’OIT sur les pires formes du travail des enfants et n° 138 sur l’âge minimum pour l’emploi. Nous invitons les gouvernements à faire preuve de volonté politique suffisante et de détermination pour sanctionner effectivement les personnes et entreprises utilisant et exploitant les enfants.

Nous exhortons également les familles qui travaillent et leurs organisations à persévérer dans leurs efforts en tant que dénonciateurs contre les pratiques du travail des enfants. Nous devons continuer à insister sur l’emploi des adultes parce que nous savons qu’il contribue plus progressivement au bien-être des ménages, de nos communautés et à la croissance de nos économies.

Une fois encore, CSI-Afrique affirme fermement son soutien aux gouvernements africains, à nos affiliés ainsi qu’aux organisations de la société civile à gagner la lutte pour l’éradication du travail des enfants.

Faite à Lomé, le 12 juin 2012.

Documents & Media Related

Documents

Download Files

Audios

Play Audio Files

Photos

Click to zoom and browse

ITUC AFRICA