La ZCTU condamne l’incapacité du gouvernement de résoudre le problème des manifestants de Hwange et menace de mobiliser les travailleurs des autres secteurs pour manifester contre le "silence" du ministère du travail sur l’impasse salariale de la Hwange Colliery Company

28 Février 2018 Zimbabwe, ZCTU
Keywords : Zimbabwe

Partiellement détenu par le gouvernement, le charbonnier doit près de quatre années de salaire aux employés et les femmes des travailleurs de cette entreprise ont manifesté dans les locaux de l’entreprise la semaine dernière, exigeant que la direction honore le plan d’arrangement convenu pour résoudre le problème.
Cependant, la direction de l’entreprise a refusé de s’adresser aux femmes et, à la place, a porté l’affaire devant les tribunaux en demandant une ordonnance obligeant la police à disperser les manifestantes.

La compagnie, dans sa demande, a noté que la ZRP refusait d’assister la direction depuis le début de la manifestation, le 29 janvier.

Le secrétaire général du ZCTU, Japhet Moyo, a déclaré que le silence du ministère du Travail était préoccupant compte tenu de la situation désastreuse dans laquelle se trouvaient les familles des travailleurs. Il a ajouté que "Si la question n’est pas résolue, le ZCTU se réserve le droit de mobiliser d’autres secteurs au sein de Hwange pour une action de solidarité avec les femmes", at-il dit, ajoutant que la direction était arrogante en refusant de rencontrer les conjoints en grève.

Il a déclaré que la somme moyenne de 200 $ par personne récemment déposée dans les comptes des travailleurs était non seulement unilatérale, mais aussi une insulte aux travailleurs.

Il a déclaré que l’émissaire du président Emmerson Mnangagwa, le ministre de l’Intérieur Obert Mpofu, avait échoué à résoudre le différend, ajoutant que le président aurait dû envoyer le ministre du Travail au lieu d’un responsable de la police.

Le dirigeant du ZCTU s’est également vu refuser l’audience par la direction de l’entreprise.

"Les travailleurs n’ont pas été payés depuis quatre ans et, par conséquent, leurs familles souffrent", a déclaré Moyo. "Ils (les travailleurs) ne peuvent pas accéder aux soins médicaux, à l’éducation et à tout autre service qui nécessite de l’argent.

Moyo a déclaré que les femmes avaient toutes les raisons de manifester au nom de leurs conjoints étant donné le niveau élevé de victimisation des travailleurs qui ont osé demander leur salaire ou tout ce qui touche à leurs conditions de service.

Documents & Media Related

Documents

Download Files

Audios

Play Audio Files

Photos

Click to zoom and browse

ITUC AFRICA

2018
Aug 14

National Youth Council of TUC - Ghana Calls for Safe Spaces for the Youth on International Youth Day, (...)

The National Youth Council (NYC) of the Trades Union Congress (TUC) of Ghana marked the 2018 International Youth Day under the Theme: *“Safe Spaces for Youth”.