Projet de Politique économique et sociale

Affiliés - Afrique
Keywords : Projects Structural Transformation For Africa’s Development

Projet de renforcement des interventions dans le domaine de la politique économique et sociale

Cette proposition de projet est la résultante de l’un des cinq domaines prioritaires du plan stratégique 2009-2012 de la CSI-Afrique, conformément à sa mission et à sa vision. La CSI-Afrique est, en tant qu’émanation de l’ancienne ORAf-CISL et de l’ancienne ODSTA qui ont toujours oeuvré pour le renforcement des capacités d’interpellation de leurs affiliés et amélioré leur capacité à participer au dialogue social en matière d’analyse économique, résolument engagée à poursuivre les actions en vue du renforcement des capacités de ses membres en matière d’intervention dans les domaines ressortant de la politique économique et sociale pour une influence réelle des syndicats en vue d’une meilleure défense des intérêts des travailleurs.

Projects
2011
March 13

Projet de renforcement des interventions dans le domaine de la politique économique et sociale

Cette proposition de projet est la résultante de l’un des cinq domaines prioritaires du plan stratégique 2009-2012 de la CSI-Afrique, conformément à sa mission et à sa vision. La CSI-Afrique est, en tant qu’émanation de l’ancienne ORAf-CISL et de l’ancienne ODSTA qui ont toujours oeuvré pour le renforcement des capacités d’interpellation de leurs affiliés et amélioré leur capacité à participer au dialogue social en matière d’analyse économique, résolument engagée à poursuivre les actions en vue du renforcement des capacités de ses membres en matière d’intervention dans les domaines ressortant de la politique économique et sociale pour une influence réelle des syndicats en vue d’une meilleure défense des intérêts des travailleurs.

Depuis la fin des années 1970, nonobstant la mise en oeuvre de différentes politiques économiques et sociales, la plupart des pays d’Afrique sont toujours confrontés à des problèmes de développement majeurs, qui constituent des obstacles à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs. Le processus actuel de mondialisation a induit en Afrique des effets pervers sur les conditions de vie et de travail et modifié radicalement les actions et les modes d’interventions des syndicats malgré les performances économiques enregistrées matérialisées par des taux de croissance élevés. L’une des manifestations les plus marquantes de cette mondialisation est l’expansion de l’économie informelle conjuguée avec l’expansion de la précarisation et le développement du travail migrant qui est à la fois un défi et un dilemme pour les syndicats

L’Afrique est préoccupée par le sort de tous les travailleurs qui se trouvent confrontés aux soubresauts du nouvel ordre économique. Le continent est de plus en plus malade d’injustices avec la marginalisation de plus en plus grandissante des travailleurs en raison
des pratiques néo- libérales des multinationales dominé par le pouvoir du capital. Cette situation est aggravée par la mauvaise gouvernance, les conflits armés et l’augmentation des flux migratoires. Mais elle est encore exacerbée par les inquiétudes liées aux perspectives qu’offrent les accords commerciaux, notamment les accords de libre-échange entre l’Union Européenne et les pays ACP à travers les « Accords de Partenariat Economique », et l’incapacité des Etats africains à consolider les processus d’intégration qu’ils ont initiés et adoptés comme vecteur de développement au sein du continent

Les raisons de cet échec sont sans doute nombreuses, mais l’absence ou la faible implication des principaux acteurs concernés, notamment les travailleurs et les organisations syndicales dans l’élaboration et la mise en oeuvre des politiques de développement économiques constitue l’une des plus fondamentales. Cela est dû notamment à la faible capacité des organisations syndicales à traiter les problèmes en rapport avec les questions socio économiques, financières et commerciales, les accords et pratiques commerciaux internationaux, les processus et mécanismes d’intégration économique, la léthargie des gouvernants face aux obstacles à la réalisation de l’agenda du travail décent et l’absence de réelle volonté politique de ces derniers d’associer les représentants des travailleurs dans l’examen des questions de développement.

C’est pourquoi la CSI- Afrique s’engage dans des actions de renforcement de capacités de ses affiliés dans le domaine de l’analyse des questions liées aux politiques commerciales, aux processus d’intégration et de leurs impacts sur les conditions de travail et les conditions de vie des populations en vue en d’une analyse socio-économique pertinente et de la formulation de stratégies alternatives de développement aux politiques néolibérales.

Conformément au plan stratégique, ce projet devra contribuer à des politiques économiques et sociales nationales qui mettent l’homme au centre, qui assureront une croissance durable et conduiront à une réduction effective de la pauvreté. Mais sur le plan pratique, à l’issue de sa mise en oeuvre, le projet, va permettre à la CSI-Afrique d’améliorer sa présence dans le dialogue social sur les questions économiques et commerciales grâce à la pertinence de ces propositions dans ces domaines. Cela sera le fait du renforcement de ses capacités d’interventions, au niveau du Secrétariat et des affiliés, qui à travers les structures mises en place seront à même de produire des résultats concrets basées sur les recherches menées en la matière, et dès lors d’influencer les prises de décision.

Le projet qui sera exécuté pendant une période de quatre ans permettra à d’aboutir aux résultats suivants :

  • L’inventaire des recherches effectuées par le mouvement syndical africain dans le domaine
  • L’évaluation du monde académique et des institutions de recherches dans le domaine réalisée
  • L’élaboration d’accords cadre de coopération entre les syndicats, les universités et les institutions de recherche sur une collaboration renforcée.
  • La formation d’une cinquante de chercheurs capables de produire des résultats de leurs recherches pratiques sur des questions sociales et économiques prioritaires pour les travailleurs et les syndicats.
  • La production de documents reflétant la position syndicale et comportant des alternatives aux politiques néolibérales
  • La production de documents de politique visant à promouvoir et à plaider pour le travail décent
  • La production de rapports de recherche sur des questions d’intégration économique
  • La publication de rapports sur diverses questions commerciales
  • La capacité des affiliées à participer à des forums de dialogue social est renforcée.

Les principales parties prenantes impliquées dans le projet sont : les responsables de recherche et chercheurs des affiliés, la CSI-Afrique, les responsables des départements de politique économique et sociale des affiliés, les leaders syndicaux, les chercheurs des
institutions académiques, les fédérations professionnelles et les partenaires de la CSI–Afrique. D’une manière indirecte, les travailleurs et les populations africains seront les principaux bénéficiaires.

Le projet durera quatre ans, de 2009 à 2012. Pour assurer la mise en oeuvre de ce projet, un budget de 670.331 euros est prévu. La contribution des partenaires à la coopération est sollicitée pour mobiliser ce montant.

Documents & Media Related

Documents

Download Files

Audios

Play Audio Files

Photos

Click to zoom and browse

ITUC AFRICA

2017
Aug 29

Communiqué and Plan of Action of 13th Civil Society Forum

The 13th Southern Africa Civil Society Forum (CSF) convened by faith based organisations, non-governmental organisations and trade unions brought together diverse civil society formations from the region at Birchwood Hotel and Conference Centre, Boksburg, South Africa from the 14th-16th August (...)