Une lettre appelant à une action mondiale vers la défense efficace, la protection et la promotion des droits des Migrants

Keywords : Human and trade union rights Solidarity Letters

Chers amis et camarades :

Nous écrivons pour vous en référence à la Journée mondiale d’action pour les droits des migrants, réfugiés et personnes déplacées sur 18 décembre 2012.

PDF - 111.1 kb
La lettre en PDF

Après le bilan positif d’une action similaire en 2011, où plus de 20 pays dans le monde entier a mené des activités connexes, certaines des organisations et des réseaux qui ont participé à ces événements sont venus à la conclusion qu’il est importante de tenter à nouveau l’événement collectif, que nous avons bâti ensemble l’année dernière.

En plus d’exiger la ratification et l’application de la Convention des Nations Unies pour les droits des travailleurs migrants et leurs familles, cette année nous croyons que c’est important de souligner et dénoncer la tragédie confrontée quotidiennement par des personnes aux frontières. Chaque jour des milliers meurent ou disparaissent au cours de leur voyage en quête d’un avenir meilleur.

Deux situations parmi les nombreux que nous pourrions prendre sur nous obligent à donner la priorité à cette situation. Pour une fois, la lutte des parents des jeunes gens qui ont disparu depuis la Tunisie gagne. Ces parents demandent un compte dit la vérité sur les circonstances dans lesquelles ces jeunes pourraient sont morts ou ont disparu, en particulier sur la mer Méditerranée, qui est censé pour être l’océan avec le plus grand contrôle militaire de la Tunisie, l’Italie et l’Union européenne.

En revanche, il est la persévérance des familles Amérique centrale que pour nombreuses années ont organisé la « caravane de la dignité » à travers la frontière à la recherche de leurs proches disparus en transit du Mexique aux États-Unis. Ce sont deux exemples de luttes similaires effectués sur de nombreux autres frontières.

Du 11 juillet au 17e, une réunion préparatoire a eu lieu à Monastir, en Tunisie, vers le Forum mondial à venir. Au cours de cette réunion, le navire Oloferne arrive sur ce port, transportant l’équipe de Boats4People (www.boats4people.com) dans le cadre de la flottille de la solidarité. Boats4People est un projet d’une coalition d’organisations européennes et africaines dont l’objectif est de dénoncer la mort de ceux qui cherchent à atteindre l’Europe traverse la mer Méditerranée. Le 13 juillet, il y avait un atelier intitulé « Le disparu : mobilisations contre les décès et disparitions sur la frontière ». Parmi les participants figuraient les membres de la famille et des organisations du Mali, Algérie, Maroc, Sénégal, Tchad, Ethiopie, France, Hollande, Allemagne, Italie et les fondateurs du projet WatThe Med (une collaboration entre Boats4People et Forensic Architecture Ministère de Goldsmiths College de Londres). Leur objectif était de recueillir des données sur les violations des droits de l’homme sur la mer ouverte. Lors de la réunion, qu’une lettre de la famille de migrants disparus sur l’Amérique centrale a été reçu par les proches de la Tunisie.

L’atelier a décidé de soutenir l’appel à une deuxième journée mondiale d’action pour les droits des migrants, réfugiés et personnes déplacées sous le slogan migre à vivre ! Pas plus de décès et de disparitions!, qui a déjà été signé par de nombreuses organisations différentes. L’objectif de cette journée d’action est de permettre à plusieurs campagnes de joindre leurs forces sur 18 décembre 2012. Cet effort doit être un espace pour l’unité, où nous pouvons tous exprimer nous-mêmes avec respect de la diversité. Tout le monde doit rejoindre notre seule voix forte exigeant la vérité et la justice sur ces morts et disparus.

Au cours de l’atelier, il a été proposé en outre que le 18 décembre nous lancer une campagne internationale afin de créer des commissions indépendantes pour étudier ces questions sur les pays qui en sont affectés. Nous exigerons également de l’Organisation des Nations Unies que leur Commission contre les disparitions forcées deviennent actives dans les pays touchés par cette tragédie.

Nous invitons toutes les organisations et réseaux qui l’année dernière ont participé à cet événement de continuer à promouvoir cette initiative. Nous invitons également ceux qui n’a pas participer l’an dernier de se pour associer avec nous cette fois.

Ce que nous demandons, c’est que chaque organisme dans leurs propres pays, région ou ville élaborer une initiative pour dénoncer la tragédie de la mort et la disparition des migrants. Chaque localité est libre de le faire de leur propre point de vue.

Ce que s’unir toutes ces initiatives, il sera le logo de l’action que vous pouvez télécharger à partir de www.globalmigrantsaction.org. Nous cherchons à créer plus de visibilité à l’échelle internationale et pour la construction d’un mouvement international pour les droits des migrants, réfugiés et personnes déplacées.

Le site web de la journée d’action, www.globalmigrantsaction.org sera le dépositaire de renseignements sur toutes les initiatives et les campagnes qui sont organisés et qui aura lieu le 18 décembre 2012. Nous invitons toutes les organisations à nous envoyer leurs liens de page web et le matériel qu’ils produisent dans cette direction.

Une nouvelle journée d’action pour les droits des migrants, réfugiés et personnes déplacées est possible prochain 18 décembre 2012 !

Envoyer votre info et le parrainage de : info@globalmigrantsaction.org

http://www.globalmigrantsaction.org/photos/gda_eng_2012.jpg

CSI-Afrique se joindra au reste du monde à l’occasion de cette journée, nous que nous voulons attirer l’attention sur les questions de l’exploitation des travailleurs migrants, absence de voix et de la représentation et l’absence de protection. Nos activités mettra aussi l’accent sur les campagnes qui vont contribuer à la lutte contre les crimes haineux et les attaques xénophobes.

Documents & Media Related

Documents

Download Files

Audios

Play Audio Files

Photos

Click to zoom and browse

ITUC AFRICA

2017
Nov 22

Call for Action: The sale of African migrants in Libya as slaves and into slavery

The African Regional Organisation of the International Trade Union Confederation (ITUC-Africa) expresses its alarm over the recent revelations of the heinous trade in slavery of African migrants in open markets in Libya reminiscent of the trade in human cargo across the Sahara and the (...)