TUCOSWA doit être un modéle : les travailleurs du Swaziland et les organisations syndicales entrent dans l’histoire en optant pour la formation, la construction d’une centrale syndicale unificatrice

Keywords : Newsletters Swaziland Democracy Human and trade union rights Swaziland

TUCOSWA a donné au mouvement syndical africain un exemple digne d’émulation. Kwasi Adu-Amankwah, SG CSI-Afrique

La formation de TUCOSWA favorisera le changement politique en dénonçant la politique Tinkhundla et exigeant une démocratie multipartite.

TUCOSWA signifie Trade Union Congress du Swaziland.

C’est le point de vue de Barnes Dlamini, ancien président de la Fédération des syndicats du Swaziland (SFTU).

Dlamini est président d’honneur du nouveau congrès .

Il était le seul candidat pour le poste de président.

S’adressant aux participants du premier Congrès du TUCOSWA à Esibayeni Lodge hier, Dlamini a déclaré l’organisation combattra toute politique, culture ou autre, qui viserait à marginaliser les femmes dans tous les domaines.

Le Swaziland National Association for Teachers (SNAT), le Swaziland Fédération of Trade Unions (SFTU) et le Swaziland Federation of Labour (SFL) se sont convertis à former un seul organisme, TUCOSWA.

"La formation de ce congrès représente une énorme victoire pour la classe ouvrière de notre pays. Dans quelques semaines, nous allons mettre ensemble nos têtes, non seulement pour s’assurer que nous atteignons Mbabane, Manzini ou Lozitha mais aussi pour nous engager stratégiquement afin de concrétiser notre plan d’action comme une suele entité. Ce qui doit être clair pour tout le monde, c’est que en effet, un géant s’est levé et combattra tout obstacle devant lui " a déclaré Dlamini.

"Nous sommes prêts à remodeler la politique économique. Nous avons la capacité, la force et le zèle si nous voulons y faire face comme une entité. Notre problème en tant que travailleurs au Swaziland est maintenant au-delà de la politique d’atelier. Il s’agit d’un rejaillissement d’un système inutile et mourant du gouvernement central. Nous n"allons plus détourner nos reagards sous prétexte que c’est fait de la manière Swazi, nous allons y faire face comme une entité et je vous assure la victoire est certaine après cela. "

Avec des applaudissements nouris que Dlamini a déclaré que la TUCOSWA a le devoir d’engager travailleurs dans la lutte démocratique général, à la fois comme une organisation indépendante et aussi comme une composante essentielle des forces démocratiques du Swaziland.

Il a déclaré que TUCOSWA resterait une organisation fondée sur le respect du genre et y restera sensible.

"Nous allons toujours chercher à protéger et promouvoir les intérêts de tous les travailleurs. Nous nous efforcerons d’encourager les fusions au sein des filiales de la fédération, car dans l’unité que notre force est garantie, dans l’unité nous sommes assurés la victoire. Nous croyons et nous souscrivons pleinement à la Convention de l’OIT 87 et 98, sur la liberté d’association et de réunion, mais nous allons toujours être à l’affût pour sauvegarder et protéger notre unité des tendances qui cherchent à semer la désunion parmi les travailleurs, "a t-il dit.

Il a ajouté qu’ils ne sont pas mis ensemble pour le plaisir, mais «plutôt pour le pouvoir de changer la politique."

Il a poursuivi: "Nous allons continuer dans nos efforts pour favoriser le changement politique en dénonçant la politique Tinkhundla et exigeant la démocratie multipartite. Nous sommes prêts à refaçonner la politique économique car nous avons la capacité, la force et le zèle si nous voulons y faire face. en tant qu’unité. "

Dlamini a terminé son discours en annonçant que l’organisation ne tolérerait pas les écarts de comportement.

"Nous ne tolérerons pas les tendances inconvenantes. Nous allons continuer avec l’aide de nos alliés internationaux a outillé camarades décidés et agissant dans tous les domaines. Cette fédération aura besoin de cadres motivés et engagés dans leur combat pour s’acquitter de leur mandat. Nous avons atteint notre objectif en tant que main-d’œuvre en nous unissant, quelles que soient nos différends passés, mais cela ne s’arrête pas là. Le recrutement syndical, l’éducation et la conscience de classe doivent former le fondement même de notre fédération », a t-il dit.

Dlamini ensuite présenté ses remerciements à la Confédération des syndicats sud-africains (COSATU) et les syndicats britanniques pour avoir facilité le processus d’unification de l’organisation.

"S’il vous plaît permettez-moi de remercier ACTSA pour avoir facilité une rencontre entre nous et d’unir le syndicat. Permettez-moi encore une fois à remercier le COSATU pour leur passion pour l’histoire du Swaziland. Merci beaucoup, nous savons que vous avez vos propres graves problèmes et que vous êtes donc très occupé, mais dans ce calendrier limité, vous trouverez toujours le temps pour nous. Nous sommes très touché par votre geste, "a t-il dit.

Pas de politique, seulement des droits humains

Austin Muneke, Secrétaire exécutif de la Southern Africa Trade Union Conseil de coordination (SATUCC) a déclaré que le devoir de la nouvellement formée TUCOSWA est d’assurer que la justice sociale l’emporte toujours.

Muneke était parmi les invités qui ont assisté à ce congrès. Environ 300 délégués étaient présents.

Dans son discours, il a déclaré que le lancement de la nouvelle fédération était en effet une avancée majeure dans l’histoire du mouvement syndical dans le pays.

Il a dit ce qui était le plus fondamental a été la restauration d’un système démocratique qui a permis des libertés civiles et le pluralisme politique afin de garantir les droits et la sécurité des citoyens. "Encore une fois, nous réitérons que le Royaume du Swaziland est lié par le traité du Southern Africa Development Community (SADC) qui engage les Etats membres à respecter le principe des droits de l’homme, la démocratie et la primauté du droit», a t-il dit.

"Nous voulons observer le zéro harcèlement et ingérence dans les affaires des syndicats par l’appreil de l’état."

Il a dit qu’ils voulaient voir le Swaziland fait ce qui est bien et apporter le progrès aux personnes, y compris les travailleurs.

«Le gouvernement du Swaziland doit tout mettre en oeuvre afin d’être retiré du paragraphe spécial où il a été placé au cours de la 100e conférence de l’Organisation Internationale du Travail tenue en Juin 2011 pour infraction persistante de la convention 87 de l’OIT sur la liberté d’association et le droit syndical," a t-il dit .

"Afin de garantir la justice sociale, les syndicats doivent rester apolitique car ils demandent l’égalité, la solidarité, les droits de l’homme et la dignité de chaque être humain sans distinction de race, de sexe, de croyance ou affiliation politique." Muneke a ajouté que la question des droits de humains et syndicaux et les défis connexes étaient bien réels et méritent une réflexion sérieuse et une approche stratégique.

"Une tendance inquiétante dans la région de la SADC est que les violations des droits de l’homme sont à la hausse, poussant dans l’ombre les avancées réalisés par les vents du changement démocratique qui balaie la région," a t-il dit. "Cette tendance n’est pas acceptable dans une région qui prétend être fondée sur les principes des droits de l’homme, la démocratie et la primauté du droit. La récente suspension arbitraire du Tribunal de la SADC par les chefs de l’État de la SADC est un précédent dangereux et une attaque directe contre les populations de la SADC et leur seul espoir de justice sociale. Le mouvement syndical dans la région a le devoir de défendre les droits des citoyens, a t-il dit.

Muneke est confiant que, après les délibérations sur les rapports, plans et programmes pour les années à venir, TUCOSWA permettrait de reconnaître les défis auxquels sont confrontés les syndicats en vigueur et le monde du travail et de proposer des résolutions pratiques et efficaces pour informer de l’approche stratégique pour relever les défis.

"Je vous encourage à débattre de ces questions avec honnêteté, la sincérité et la tolérance car ce sont les questions les plus importantes dans tout congrès,".

Dans toute organisation, la question du leadership est d’une grande importance. C’est l’inspiration que les membres tirent de leur leadership qui rend une organisation glorieuse.

Cependant, la chose la plus importante est de s’assurer que la nouvelle organisation assure une représentation complète de tous, la démocratie interne adéquate et des mécanismes pour veiller à ce que la direction soit toujours sur la bonne voie et puisse rendre des comptes à l’adhésion. "

Il ne doute pas que l’adhésion ait eu confiance en TUCOSWA et que ceux qui sont dignes de confiance pour diriger TUCOSWA donneront le courage et la sagesse à l’ensemble des membres pour atteindre de plus grandes hauteurs en mobilisation, en regroupement syndicale et en la défense du bien commun, le Swaziland.

L’exemple TUCOSWA doivent être suivi. Les familles de travailleurs et les pauvres sont contraints par le biais des régimes d’austérité diverses à payer pour le coût de la crise économique qui a récemment englouti les économies du monde.
Ceci a été atteint en forçant les gouvernements africains à mettre en œuvre des mesures d’austérité qui portaient atteinte aux droits des travailleurs et de leurs familles.

Kwasi Adu-Amankwah, Secrétaire Général de la Confédération Syndicale Internationale, branche Afrique,(CSI-Afrique) a déclaré que ces gouvernements ont été contraints par les institutions financières internationales, notamment le Fonds monétaire international (FMI) à adopter une politique budgétaire stricte, un euphémisme pour des reduire dans le les dépenses des services sociaux.

Il a déclaré que les sociétés mondiales de capital de financement ont demandé que le statu quo, ou le minimum de réglementation soit maintenu.

Pour atteindre cet objectif, a t-il dit, les grandes entreprises ont convaincu des gouvernements et les politiciens de bloquer les réformes de gouvernance progressifs qui sont proposées.

"Il est regrettable de constater que les gouvernements qui servent les intérêts des marchés et des entreprises privées contre les intérêts de leur peuple et les électeurs".

" La fusion des syndicats du Swaziland est remarquable en ce que TUCOSWA a donné au mouvement syndical africain un exemple digne d’émulation" a t-il ajouté.

"Cette coupe est source d’inspiration et exemplaire. Il s’agit d’un développement qui souligne l’urgence et la nécessité de resserrer les rangs afin d’assurer une défense plus efficace, la protection et la promotion des intérêts des travailleurs au niveau national, continental et international." Il a déclaré que son organisation était fière de la réalisation de la nouvelle union . "C’est parce que, comme nous le savions, nous pouvons vaincre la prolifération, renforcer et d’accroître la capacité des travailleurs et de faire un effort plus efficace pour répondre aux préoccupations de la distribution, si nous poursuivons sincèrement le désir de construire des organisations syndicales unies et fortes », at-il dit.

Il a ensuite salué le leadership du syndicat qui a facilité la fusion. "Les égos et les intérêts personnels des dirigeants syndicaux avec des vues myopes de la situations ont continué à avilir et à saper les intentions de la fusion.

"Mes remerciements vont au Congrès des syndicats sud-africains (COSATU) et à ses affiliés qui ont montré une démonstration pratique et réelle de leur engagement au slogan« Un pays, une fédération. "Aujourd’hui TUCOSWA est un et la seule fédération au Swaziland! "

"Aujourd’hui, les travailleurs du Swaziland et les organisations syndicales entrent dans l’histoire en optant pour la formation, la construction d’une centrale syndicale unificatrice. Vous avez été convaincu de la nécessité et l’urgence de fusionner vos anciennes organisations en une seule organisation forte et redoutable qui va travailler à concrétiser les espoirs et les aspirations des familles travailleuses. "

source: http://www.times.co.sz/News/73425.html --- MATSAPHA

Documents & Media Related

Documents

Download Files

Audios

Play Audio Files

Photos

Click to zoom and browse

ITUC AFRICA

2017
Aug 29

Communiqué and Plan of Action of 13th Civil Society Forum

The 13th Southern Africa Civil Society Forum (CSF) convened by faith based organisations, non-governmental organisations and trade unions brought together diverse civil society formations from the region at Birchwood Hotel and Conference Centre, Boksburg, South Africa from the 14th-16th August (...)